Projet 2021 : L'économie circulaire #méthanisation

Au même titre que d’autres secteurs d’activités, l’agriculture est confrontée à des enjeux environnementaux et sociétaux majeurs. Elle doit répondre à une double équation ; s’orienter vers des pratiques encore plus vertueuses et durables, tout en conservant son rôle nourricier accessible au plus grand nombre de nos concitoyens.

Grâce à la méthanisation, nous proposons de valoriser des matières agricoles locales non alimentaires pour produire du gaz renouvelable (remplaçant le gaz fossile) et du fertilisant organique pour nourrir nos terres de manière naturelle.

Notre soutien au collectif TerrEnergies360

La diversité de ce groupe est une richesse qui repose sur plusieurs critères :

    • La taille de nos exploitations,

    • L’implantation de nos exploitations sur le territoire,

    • Nos âges associant l’expérience, la sagesse, la modernité et le dynamisme,

    • La cohabitation de plusieurs modèles de productions en adéquation avec la pluralité des attentes consommateurs : Agriculture Biologique, Certification environnementale, labels alimentaires et/ou environnementaux.

 

 

Cette multiformité qui s’apparente en quelque sorte à celle de nos concitoyens, est pour nous un atout et une excellente raison pour engager cette démarche collective car nous partageons un objectif commun : travailler ensemble et unir nos forces pour répondre à la transition agro-écologique et alimentaire et à la durabilité de notre agriculture.

Notre projet est territorial, c’est pourquoi, il est ouvert à d’autres agriculteurs locaux susceptibles de partager nos valeurs et nos objectifs.

La diversité de ce collectif, tourné vers l'agro-écologie

Par nos modes d’agricultures, nos productions, notre appartenance ou non à une coopérative agricole, notre collectif est très diversifié. Au sein de notre groupe se côtoient des pratiques différenciées le plus souvent garanties par des certifications publiques et des labels privés.

Des certifications et des labels qui traduisent notre volonté de poursuivre nos engagements

Toutes ces démarches orientent notre modèle agricole vers :

  • La biodiversité des sols et des territoires,
  • La réduction des intrants chimiques au bénéfice d’intrants naturels,

  • La bonne gestion de la ressource en eau,

  • La préservation de la vocation nourricière de notre agriculture.

Cela se traduit concrètement sur nos exploitations par :

  • Des Zones de Non Traitement et des Mesures Agro-Environnementales,
  • Une couverture des sols via des Zones de Non Traitement et/ou de cultures intermédiaires

  • Des fertilisants organiques naturels pour suppléer l’absence ou la diminution d’usage d’intrants de synthèse et régénérer nos sols en matière organique,

  • L’usage d’outils de précision et d’aides à la décision pour optimiser et préserver les ressources naturelles.

La préservation des sols avec les cultures intermédiaires

Implantées entre deux cultures principales alimentaires, les cultures intermédiaires assurent une couverture des sols dans le but de :

Limiter l’érosion et le lessivage des sols,
Lutter naturellement contre les mauvaises herbes,
Développer la biodiversité,
Régénérer les sols et séquestrer le carbone de l’air sans valorisation financière.

En grandissant, grâce à la photosynthèse et aux nutriments du sol, ces cultures captent le carbone de l’air (CO2) pour créer de la matière organique.
Les cultures intermédiaires ne sont pas cultivées jusqu’à maturité, elles ne sont généralement pas valorisées autrement et laissées au sol. Elles font partie d’une démarche de conservation des sols.